Logement, Mobilités et Urbanisme

L’urbanisme n’est pas le fort d’Alain Juppé et sorti du centre historique, il a du mal à répondre aux enjeux qui lui sont posés. Ainsi, les boulevards et les quartiers qui s’y raccrochent (cela concerne plus de 30% des Bordelais) ont été délaissés. Ils sont aujourd’hui synonyme pour l’automobiliste d’embouteillages et font le désespoir du piéton, contraint de naviguer entre les voitures mal garées. Leurs habitants pâtissent des nuisances sonores et de la pollution. Les cyclistes s’y engagent avec appréhension.

Plusieurs places de Bordeaux sont laissées à l’abandon. On relève même des projets de réhabilitation suspendus :