Crèche flottante : le projet a coulé

Crèche flottante NantesEn 2012, un généreux don de 304.849€ de Madame Larralde, gynécologue-obstetricienne retraitée, permettait d’envisager la création d’une crèche flottante à Bordeaux, semblable à celle de Nantes. Son inauguration était envisagée courant 2014.

En 2013, Alain Juppé après avoir surfé médiatiquement sur ce don exceptionnel en promettant la création de cette nouvelle crèche, y renonce finalement. Il ne débloquera pas les budgets complémentaires pour sa création. Ironie de l’histoire, le don servira à boucler le budget de la ville pour une crèche déjà créée, celle du groupe scolaire Albert Thomas.

Veuillez trouver toutes les informations ci-dessous :

Extrait du débat lors du Conseil Municipal de Décembre 2013:

Emmanuelle Ajon (Conseillère Municipale PS) : Je vais revenir principalement sur un point qui est important puisqu’il prépare le Bordeaux de 2030 et la société bordelaise de 2030. C’est la partie petite enfance et éducation. Un budget et un Bordeaux 2030 que nous aimerions voir plus équitables, plus justes et porteurs de plus d’égalités de chance et d’égalités envers les hommes et les femmes.
Malheureusement aujourd’hui ce budget nous démontre une politique de rattrapage, de manque de prise en compte des besoins des familles bordelaises durant des années, un budget avec un manque total d’innovation sociale sur la petite enfance. Un budget qui continuera à coûter cher aux familles bordelaises en 2014.
Une politique de rattrapage en effet. Aujourd’hui, la création de places depuis 3 ans s’est accélérée en termes de petite enfance. Cela sert à cacher l’absence de prise en compte des besoins dans le domaine de la petite enfance et de l’éducation depuis des années. Aujourd’hui, malgré les efforts de communication, seulement 3 places de crèche pour 1000 habitants. Depuis 2008, l’augmentation d’enfants accueillis a augmenté de 33% par les aides maternelles, de seulement 2% par les structures municipales et 7% par les associations.
Un budget qui coûtera encore cher aux familles bordelaises, car un manque d’investissement durant des années laissant le nombre de places inférieures à la demande aussi bien dans les crèches que dans l’accueil périscolaire. Je rappelle qu’il y a 500 places en périscolaire le matin pour les écoles maternelles alors qu’il y a 7.000 enfants, et qu’il y a 1.560 places en accueil périscolaire élémentaire alors qu’il y a 9.000 enfants. Que font tous les autres parents qui travaillent ? Ils trouvent des solutions dans le privé qui leur coûtent cher. Ils font souvent appel à du travail à domicile, ce qui est beaucoup plus coûteux pour les familles. Un manque d’investissement depuis des années qui coûte cher aux familles bordelaises et qui accélère les injustices sociales. Un budget montrant une petite augmentation, mais pour pallier un manque durant des années. Pourtant, l’investissement dans la politique de la petite enfance est l’investissement le plus profitable pour la puissance publique. C’est aussi un investissement pour lequel on peut démontrer notre volonté d’une ville plus juste et plus équitable. Vous en êtes bien loin.

Martine Diez (Conseillère Municipale PS) : Je me suis simplement penchée sur des choses qui étaient présentées au budget de 2013 que je n’ai pas vues au budget de 2014.
A la rubrique des Dépenses d’Investissement concernant l’accueil de la petite enfance, il est fait état de l’avancement des projets et des mises en chantier de crèches. A la présentation du budget 2013 il était stipulé que des études pour la réalisation du crèche sur l’eau aux Bassins à Flot seraient finalisées. De même vous aviez soumis au vote du Conseil Municipal du 17 décembre 2012 l’acceptation du don de Madame Larralde d’un montant de 304.849 € pour financement de cet équipement. Le budget 2014 ne parle plus de ce projet. Nous n’avons même pas le compte rendu des enquêtes. J’ai bien peur que l’élan de générosité de Madame Larralde ne soit déçu. Les années passent vite. Je ne dénoncerai pas ici l’âge de cette personne. Trop de respect pour elle. Mais espérons qu’elle puisse assister à l’inauguration de ce bâtiment. Le parti architectural d’une construction sur l’eau dont on lui a attribué le choix est certes original, mais sans doute confronté à des difficultés liées aux normes de sécurité exigées pour accueillir de jeunes enfants. Nous le payons aujourd’hui par un retard sur le projet. Tous les jours nous voyons se transformer les Bassins à Flot. Cet équipement sera bientôt indispensable.

Alain Juppé : Je voudrais vous rassurer, ainsi que Mme AJON, je crois, sur Madame Larralde qui est notre généreuse bienfaitrice. J’ai même pris rendez-vous avec elle pour l’inauguration de la crèche qu’elle subventionne.
Le projet de crèche sur l’eau n’a pas prospéré parce qu’il pose beaucoup de problèmes de sécurité, mais nous avons proposé à Madame Larralde d’attribuer son don généreux à une autre crèche qui, elle, est en chantier, qui est la crèche Albert Thomas.